Le Trou Noir de la Voie Lactée

Publié le par Soft@ge


Enfin la preuve est faite !

Voici l'extrait d'un article fort bien documenté de Futura-Science du 14 / 12/ 2008.

   En 2002, un groupe d’astronomes allemands annonçait avoir démontré qu’un trou noirsupermassif existait au cœur de la Voie lactée après avoir suivi pendant dix ans les mouvements de certaines étoiles. Les chercheurs ont encore renforcé leur conclusion.Le dénommé Sagittarius A* est désormais le mieux connu des trous noirs galactiques et devrait bientôt devenir un extraordinaire laboratoire pour tester des effets fins de la relativité générale.

  Sagittarius A*  
 
Données d'observation
Époque J2000.0
Type d'objet Source radio
Ascension droite (α) 17h 45m 40,0409s
Déclinaison (δ) -29h 00m 28,118s
Distance 26 000 AL
(8 000 pc)
Magnitude
apparente
(V)
 ?
Dimensions apparentes  ?
Constellation Sagittaire
Découverte
Découvreur(s)  ?
Date  ?
Désignations Sgr A*
Les chercheurs du Max-Planck-Institute for Extraterrestrial Physics de Garching près de Munich ont été patients. Pendant seize années, ils ont utilisé les puissants moyens d’observation dans le domaine infrarouge des télescopes de l’ESOau Chili, notamment depuis 2002 les instruments équipant le Very Large Telescope (VLT). A ces longueurs d’onde, les nuages de gaz et de poussières cachant le centre de la Voie lactée sont transparents et il devient possible d’observer un groupe de 28 étoiles dont l’une, baptisée S2, vient de boucler une orbite complète autour d’une zone centrale que n’occupe apparemment aucune autre étoile.

Les éléments orbitaux de ces étoiles, comme leurs périodes de révolution sur des orbites elliptiques et leurs demi-grands axesont été mesurés précisément au cours de l’équivalent de 50 nuits d’observations. Il s’agit bien d’orbites képlériennes. Il est donc possible d’en déduire la masse de l’objet autour duquel elles gravitent.

Cette masse est désormais connue avec précision et représente 4,31 millions de masses solaires. Les raffinements dans les mesures, en particulier à l’aide de radiotélescopes ont montré que cette masse est contenue dans un volume dont le diamètre est inférieur à la distance de Mercure au Soleil.

Seul un trou noir supermassif présent au centre de la Voie lactée peut expliquer ces observations. Aucun objet astrophysique proposé par les théoriciens ne peut en rendre compte, hormis cette prédiction des équations de la relativité générale d’Einstein, caractérisée par un horizon des événements qui agit comme une membrane que l’on ne peut traverser que dans un seul sens. 

On sait que de nombreuses galaxies doivent posséder un trou noir central dont la masse peut même dépasser le milliard de masses solaires. De nos jours on peut même dire que ces objets, autrefois mythiques et dont l’existence et l’importance ont été défendues dès la fin des années 1960 par John Wheeler devant une communauté astrophysique sceptique, sont désormais omniprésents dans l’Univers....


        

    L'important est surtout de posséder enfin avec une quasi certitude un laboratoire grandeur nature assez proche de nous (tout est relatif en astrophysique !). Cela va permettre de valider ou d'invalider des théories déjà vieilles d'un siècle, comme la relativité générale, si difficiles à mettre en expérimentation ( il suffit de voir le coût et les difficultés du LHC).

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Merci pour vos publications, j'ai eu un peu moins de temps pour m'occuper de la communauté ces jours ci, mais je vois qu'elle évolue dans le bon sens, avec des productions de qualité. Bonne soirée JM
Répondre
S

Merci JM.
Je suis moi aussi très occupé par ailleurs en cette fin d'année. De plus je rame pas mal sur ma théorie de Gravité Relative et celà occupe le reste de mon temps. J'essayerais néanmoins de pondre un
petit topo plus ludique dans les jours qui viennent.
Bien à toi.


G
Merci à toi et bonne journéeJM
Répondre