Genesis

Publié le par Soft@ge


    La formation de la Terre remonte en un lointain passé, celui-là même qui a vu la naissance de notre Soleil et de toutes les autres planètes de notre système. C'était il y a 4,5 milliards d'années...

Aussi ancienne soit cette origine, elle n'est que la continuité d'un passé bien plus long, un brassage de vies et de morts d'étoiles primitives qui dans leurs foyers ont synthétisées les éléments complexes comme le carbone ou le fer, briques indispensables à la constitution des futures planètes.

L'état primordial de notre propre structure est donc un état gazeux, résidu probable de l'explosion d'une supernovae située à quelques années-lumières. Ce gaz diffus forme une nébuleuse qui concentre dans un espace immense, l'essentiel de la matière constituant le système solaire d'aujourd'hui. L'hydrogène, l'atome le plus simple, issu de la synthèse primordiale du Big-Bang, est omniprésent.

    Par effet de gravitation, les éléments nébuleux se condensent, formant des poussières et des grumeaux, c'est le globule de Bok. Le phénomène s'auto-alimente et le nuage primordial se contracte, augmente sa densité et par principe de conservation cinétique (comme un danseur sur glace), acquière puis accélère un mouvement global de rotation. Cet effondrement rotatif forme alors un disque renflé en son centre d'où naitra le Soleil. Certains grumeaux, plus gros ou plus chanceux, phagocytent leurs voisins et finissent par devenir des planétésimaux, sortes de proto-planètes amassant inexorablement de la matière au long de leur orbite. La Terre se constitue de cette façon, tout comme l'ensemble des autres corps actuels du système solaire (*).

    A cette époque, l'espace se différencie et se nettoie par le ratissage gravitationnel des planétésimaux. Il reste malgré tout une quantité importante d'astéroïdes tourbillonnants, de planètes trop petites et mort-nées, dont l'ultime destin se résume à se fracasser les uns les autres et ainsi alimenter les plus gros survivants: notre Terre grandit...



Un événement important ne peut être oublié, et aussi incroyable qu'il soit, le scénario est avalisé par la plupart des astrophysiciens: la naissance de la Lune.
 Ce processus fondamental assez complexe, faisant intervenir les points de Lagrange, sera traité dans un prochain article. En attendant, je vous invite à regarder ce documentaire vidéo remarquable...



 

(*) A l'exception des lunes, qui sont des objets de captures ou de collisions tardives.

.

Publié dans Géophysique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Eh oui, la Lune des poètes est née dans un instant d'une effroyable violence !C'était il y a longtemps, si longtemps !
Répondre
F
Je trouve cette article très intéressant (comme tout les autres).Bonne continuation pour votre blog .
Répondre
S

Merci. 
L'execice consistant à résumer en peu de lignes une épopée si grandiose n'est pas si facile. Les articles à venir seront propablement plus "techniques", mais j'essayerai de conserver un tant soit
peu de légèreté dans la prose.